Game All Over 4

Retour sur Game All Over #4

Le jeudi 13 juin 2019 c’était la 4ème édition de l’événement 100% Business dédié à la gamification « Game All Over ». La Plaine Images nous a à nouveau accueilli dans ses locaux à Tourcoing. Cette année les intervenants se sont partagés 2 salles au lieu de 3 en 2018. Cependant, le choix entre deux intervenants reste difficile à faire tellement les sujets sont intéressants. Lors de l’édition #3 les salles étaient associées à une thématique (Education, Entreprise, Méthodologie). Je regrette que cette année les thèmes abordés aient été mélangés entre les deux salles. Néanmoins on devrait pouvoir retrouver une partie des sessions sur la chaîne Youtube dédiée à la gamification de Emilia Pittet.

Nicolas Levi – Poker, Business et Formation : comment le jeu nous motive à nous dépasser ?

Game All Over 4 - Nicolas Levi
Game All Over 4 – Nicolas Levi

La journée a été dense. Nicolas Levi démarre l’événement avec une présentation sur le thème « Poker, Business et Formation : comment le jeu nous motive à nous dépasser ? ». Selon lui, le jeu sérieux doit raconter une histoire. On peut notamment s’appuyer sur le concept du Monomythe développé par Joseph Campbell. Dans cette histoire il y aura un mentor qui sera là pour aider le joueur. En ce qui concerne la pédagogie il plébiscite la pratique pour acquérir de nouvelles compétences. Il insiste également sur la simplicité du jeu. Le joueur doit pouvoir comprendre rapidement les règles pour s’immerger complètement dans le jeu. Enfin, le jeu doit créer de l’empathie et sublimer les réussites du joueur pour le garder motivé et créer un lien fort avec le jeu.

Pacal Luban – Comprendre le Gameplay, le moteur d’un jeu

Game All Over 4 - Pascal Luban
Game All Over 4 – Pascal Luban

Je me suis ensuite intéressé à la notion de Gameplay expliquée par Pascal Luban dans sa présentation « Comprendre le Gameplay, le moteur d’un jeu ». Le Gameplay s’est donc un mélange de plusieurs composants. Il y a d’abord l’objectif que le joueur doit atteindre. il doit être explicite et gratifiant pour donner envie au joueur de le réaliser. Ensuite il y a le défi. Pour atteindre l’objectif, le joueur doit faire des choix et s’impliquer ce qui crée un enjeu. Chaque fois que le joueur fait un choix, le jeu lui fait un feedback positif ou négatif sous la forme d’un score, d’un effet visuel ou sonore… Enfin, il y a la récompense perçue par le joueur lorsqu’il atteint l’objectif. Celle-ci doit répondre aux espérances des différents profils de joueurs, être proportionnelle au niveau et répartie dans le temps.

Nicolas Tondeur – Hackons des jeux de société

Game All Over 4 - Nicolas Tondeur
Game All Over 4 – Nicolas Tondeur

Suite à une inversion de session j’ai pu assister à la présentation « Hackons des jeux de société » de Nicolas Tondeur. Nicolas Tondeur fait partie du monde Agile comme Alexandre Quach. Les agilistes sont très dynamiques et beaucoup de jeux sérieux sont développés autour de l’agilité. Ainsi, Nicolas nous illustre 3 manières de détourner un jeu de société pour l’utiliser à des fins sérieuses:

  • Faire dire ce qu’on veut au jeu

Le jeu est gardé tel qu’il est par contre le débriefing après le jeu est très important pour que les joueurs prennent le recul nécessaire sur ce qu’ils ont vécu et les enseignements qu’ils peuvent en tirer.

Par exemple on peut utiliser le jeu Fluxx dont les règles du jeu évoluent => Changer les règles c’est pénible, comment peut-on être plus efficace?

  • Faire faire ce qu’on veut au jeu

Dans ce cas on peut modifier la règle du jeu et on garde toujours un débriefing adapté.

Le jeu Excape peut-être joué 2 fois. Une première fois les joueurs jouent le jeu dans sa version normale. La seconde fois les joueurs doivent créer plus de valeur en autant de temps que la première partie ou créer autant de valeur mais en moins de temps. Il s’agit de faire changer les joueurs de posture (compétition => coopération).

  • Faire ce qu’on veut

Enfin, laissons notre créativité s’exprimer. Les règles peuvent-être complètement modifiées, le matériel peut-être gardé (ou pas) mais le débriefing reste.

Le jeu Dixit par exemple est régulièrement utilisé pour faire du photolangage.

Finalement, quelque soit la manière dont on détourne l’usage d’un jeu de société, il faut surtout prendre le temps de faire un débriefing pendant lequel les bonnes questions amèneront les bonnes réponses. Et pour créer/modifier des jeux de société je vous conseille les mécanicartes présentées par Aurélien Lefrançois.

Joris Beerda – Gamification & Behavioural Design : The Octalysis framework

Game All Over 4 - Joris Beerda
Game All Over 4 – Joris Beerda

Après une petite pause, j’ai rejoint les plus courageux pour la présentation en anglais de Joris Beerda sur le sujet : « Gamification & Behavioural Design : The Octalysis framework ». C’était un peu court pour présenter le cadre d’Octalysis mais tellement intéressant. J’y ai découvert la notion de « Human Focused Design » (le Design Centré Humain). L’idée est de partir des utilisateurs pour créer notre jeu ou notre processus gamifié. En effet, trop souvent les designers s’intéressent d’abord aux mécaniques de jeu. Ainsi, le cadre d’Octalysis représente les différents leviers de la motivation sur lesquels on peut s’appuyer. Mais l’importance de ces leviers évoluent en fonction du niveau d’appropriation du jeu par le joueur. Il faudra donc veiller à activer les bons leviers aux bons moments.

Catherine Champeyrol et Michel Dalonneau – Jouer cartes sur table pour booster la performance d’équipe

Game All Over 4 - Catherine Champeyrol
Game All Over 4 – Catherine Champeyrol

Catherine Champeyrol et Michel Dalonneau ont ensuite animé une petite session de jeu avec le jeu de carte Perception lors de leur présentation : « Jouer cartes sur table pour booster la performance d’équipe ». Face à une situation bloquée définit par une carte, les joueurs ont à leur disposition différentes ressources. Les 36 cartes ressources sont réparties en 3 catégories (physique, mental et émotions). Les joueurs qui détiennent une carte qui semble être pertinente pour répondre à la situation, lisent la carte et expliquent pourquoi ils trouvent la ressource pertinente.

J’ai apprécié le fait que le public soit sollicité lors de cette présentation. C’était une bonne manière de découvrir le jeu et de comprendre comment il peut être utilisé. Des jeux de carte sur d’autres thèmes sont disponibles sur le site de jeuxdenjeux.

Boris Lavergne et Thomas Brouchon – Unboring what’s boring : le jeu là où on ne l’attend pas – The Fortnite job interview

Game All Over 4 - Boris Lavergne et Thomas Brouchon
Game All Over 4 – Boris Lavergne et Thomas Brouchon

L’autre salle ayant pris un peu de retard, ceux qui le souhaitaient ont pu profiter du retour d’expérience de Boris Lavergne et Thomas Brouchon avec leur présentation : « Unboring what’s boring : le jeu là où on ne l’attend pas – The Fortnite job interview ». Faisant face à un certain nombre de contraintes pour recruter deux stagiaires l’équipe de Dare.Win a du faire preuve de créativité. Facile pour cette jeune agence de pub! Ils ont profité du pic de popularité de Fortnite pour proposer un entretien via la plateforme. Énormément de journaux ont parlé de cette initiative ce qui leur a permis de recruter les deux stagiaires et de faire parler de leur société. Le résumé de toute l’histoire est disponible sur le site de Dare.Win.

Dominique Mangiatordi – La gamification et son côté obscur : faut-il manipuler pour motiver?

Game All Over 4 - Dominique Mangiatordi
Game All Over 4 – Dominique Mangiatordi

Pour bien redémarrer après la pause déjeuner, Dominique Mangiatordi a abordé le sujet qui peut fâcher : « La gamification et son côté obscur : faut-il manipuler pour motiver? ». La réponse est oui mais ce n’est pas grave si c’est fait au bon moment et avec un peu d’éthique. En effet, tout dépend où en est le joueur avec le découverte du jeu. S’il est en phase de découverte et d’appropriation du jeu la manipulation est facile et nécessaire pour qu’il persévère. Si par contre le joueur est entré dans le jeu voire le maîtrise, la manipulation sera plus difficile et inappropriée. Je trouve que cette présentation et celle de Joris Beerda sur le cadre Octalysis se rejoignent et se complètent. C’est un sujet qui mérite d’être creusé!

Coralie Franiatte et Anthony Moreau – L’onboarding par le jeu ou comment embarquer vos nouveaux collaborateurs en jouant

Game All Over 4 - Coralie Franiatte et Anthony Moreau
Game All Over 4 – Coralie Franiatte et Anthony Moreau

Après cette introduction de l’après-midi, ce sont Coralie Franiatte et Anthony Moreau qui nous ont présenté les fruits de leur collaboration. BeJoue a réalisé différents types de jeux pour La Halle pour le recrutement, l’intégration des nouveaux employés, la formation au droit du travail et la sensibilisation au management collaboratif. Pour éviter de rajouter une difficulté dans l’appropriation des jeux, le digital a été écarté. De plus, les jeux ont un design sobre pour éviter d’infantiliser le personnel. Mais surtout les jeux font partie d’un processus global dans lequel d’autres ateliers plus classiques sont utilisés.

Brice Chapignac – Comment le groupe l’Occitane a réussi à engager 57% de ses collaborateurs à travers le monde grâce à la gamification ?

Game All Over 4 - Brice Chapignac
Game All Over 4 – Brice Chapignac

Brice Chapignac de Squadeasy a ensuite présenté « Comment le groupe l’Occitane a réussi à engager 57% de ses collaborateurs à travers le monde grâce à la gamification ? ». Grâce à leur plateforme qui permet de suivre les activités sportives des collaborateurs. Quoi de mieux qu’un peu de gamification pour maintenir l’engagement ? La plateforme utilise donc différentes mécaniques :

  • Des points à chaque fois que l’on bouge
  • Des missions hebdomadaires pour guider les personnes
  • Un quizz quotidien qui peut être personnalisé
  • Les boosts qui sont des sortes de pouvoirs qui peuvent être donnés à un membre de l’équipe pour multiplier ses points par exemple. L’idée est de rééquilibrer les forces entre les grands sportifs et les sportifs occasionnels.
  • Un classement pour suivre l’évolution des équipes

Alexandre Duarte – De la sensibilisation à l’action : comment la gamification vous permet de mobiliser vos collaborateurs pour réussir la transition écologique de votre entreprise ?

Game All Over 4 - Alexandre Duarte
Game All Over 4 – Alexandre Duarte

Puis ce fut le tour de Alexandre Duarte avec une présentation sur le thème : « De la sensibilisation à l’action : comment la gamification vous permet de mobiliser vos collaborateurs pour réussir la transition écologique de votre entreprise ? ». Alexandre Duarte a fait l’inventaire de quelques jeux qui peuvent être utilisés pour aider à passer de l’intention à l’action :

  • La fresque du climat est un atelier ludique pour sensibiliser et pour que l’on se sente tous concernés par le changement climatique
  • Koom est une plateforme sur laquelle les entreprises peuvent passer des contrats avec leurs collaborateurs. Ainsi les actions individuelles des collaborateurs peuvent entraîner l’engagement de l’entreprise dans de plus grosses actions en faveur de l’écologie.
  • Familles à énergie positive met également en évidence les actions individuelles pour que tout le monde puisse se dire « s’ils le font pourquoi pas moi ? ».
  • Les sneaky cards sont des cartes avec des défis à relever liés à l’écologie. Lorsque l’on a résolu la carte, on la donne à une autre personne. Faire des écogestes c’est simple!
  • Enfin pour mesurer l’impact de nos actions on peut utiliser deux applications : CIVI Time ou WeNow.

Augustin Grillet – Réalité augmentée & gamification : vers l’expérience partagée in store de demain ?

Game All Over 4 - Augustin Grillet
Game All Over 4 – Augustin Grillet

Augustin Grillet de The Goosebumps Factory a clôturé cette journée avec une réflexion autour de la réalité augmentée : « Réalité augmentée & gamification : vers l’expérience partagée in store de demain ? ». Il y a un réel potentiel d’utilisation de la réalité augmentée. Les exemples de Ikea Place ou de l’utilisation de la réalité augmentée pour essayer du maquillage sont assez parlants. Malgré l’effet Wow, il y a encore des problèmes à résoudre pour que plus de monde s’approprie cette technologie :

  • Trop peu d’utilisateurs ont une application de réalité augmentée sur leur smartphone
  • Les expériences sont principalement individuelles
  • Elles sont difficilement partageables et bénéficient donc d’une faible viralité

Game All Over #4 c’est terminé mais j’attends avec impatience la 5 ème édition!

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] L’article sur l’événement Game All Over #4 dans lequel Alexandre Duarte est intervenu. […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *